Un monde où les poupées sont le salut de l'humanité.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Membre d'honneur
Messages : 51
Date d'inscription : 31/12/2012
avatar
Je suis Orphéliane Samarensis
MessageSujet: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Lun 31 Déc - 22:45

Après un long voyage Orphéliane arriva dans une ville qu'elle ne connaissait pas. Une ville totalement inconnu, avec des gens de toute sortent. Qu'elle serait son destin dans cette ville, qu'elle serait son rôle. Où elle vivait elle le connaissait sans problème, son rôle était de s'occuper des ses frères et sœurs. Mais ici dans ce monde inconnu, quelles dangers s'ouvrent à elle, qui serai la pour la guider, l'aider à faire ses premier pas et lui expliquer comment cela fonctionne. Ils les fit descendre du camion et les fit entrer dans l'arrière boutique. Les fies passer au lavage expresse et leur fies mettre des nouveaux habits. Ils furent mise dans une cage, sans une explication. Elle regarda les alentours il y avait déjà d'autre personnes, des humains, comme des hybrides.

Bonsoir messieurs/dame pourquoi nous à ton amener ici ? Une personne lui répondit sans problème. C'était une vieille femme qui n'était plus en cage.
Ho ma petite tu es ici pour être vendu au hommes ou femmes les plus riche tout dépend, tu devras rester dans cette cage jusqu'à temps qu'une personne veuille bien t’achète. Mais à ta place je me ferais aucun soucis, tu es joli donc tu seras vite adopter. Orphéliane lui sourit. Pourquoi vous êtes encore ici ? La vieille femme lui sourit pour guise de réponse et parti dans ce qui lui servait de chambre.

Orphéliane resta seul dans sa cage, attendent le petit matin. Elle ne passa pas une très bonne nuit, car ils furent réveiller à l'aube afin d'être préparé pour les clients. Ils eurent à mangé et les cages fur nettoyer. L'heure de l'ouverture approcha a grand pas, il y avait déjà des clients qui attendaient à la porte, car ils savaient qu'il y a de nouveau arrivage aujourd'hui. Le vendeur ouvrit la porte, il eu le temps de reculer avant de se faire piétiner pas la foule en délire qui entra dans le magasin. Ils firent le tour des cages en les regardant bien. La vielle femme était la, souriant et les s'aidant à trouvé leurs bonheurs. Elle passa devant la cage d'Orphéliane, lui sourient. Elle lui chuchota quelque chose à l'oreille.

Trouve toi un bon maître, car sinon tu reviendra ici plus vite que tu ne le pense.

Elle s'en va conseiller d'autres clients, la laissant seul. Pour l'instant personne ne s'approcha de sa cage, elle se demandait pourquoi. Pourtant la vielle femme avait dit qu'elle partirait vite, en effet il y avait plein d'hommes mal vêtu ou dégueulasse qui s'approchait mais la vielle femme les envoyas vers d'autre soumise. En quelque sorte elle avait un ange gardien, Orphéliane regardait les autres se faire acheté attendent son tour dans sa cage , patiente, sage comme une image.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2012
avatar
Je suis Samaël Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 9:32

Je me réveillas mornes, l'esprit dans le colletard, rien de plus. J'avais une grande gueule de bois, la veille j'avais revus un pote de longue date et que je n'avais pas recroisé depuis un sacré bail. Je posa un pied sur la moquette de ma chambre, mais mon corps refusait de m'obéir car il faisait encore un peu frais dans la pièce. Je soupiras lourdement tout en me grattant le nez puis d'un coup je jeta ma couette loin de moi pour m'obligé à me lever, je frissonna en trottinant doucement vers la salle de bain. Une douche bouillante eut le bonheur de me réveillé, je me rasa en même temps tout en fredonnant, qu'allais-je faire aujourd'hui. Un voile noir passa dans mon regard en pensant à mon ancienne hybride qui avais disparus, je la retiens elle. Enfin bref je n'y pensa plus chassant ces pensées en chantant et en dansant dans la douche.

Au bout de trois quart d'heures je me sentis enfin en pleine forme et enfin je sortis de la douche en prenant au passage une serviette, je l'enroula autour de ma taille puis avec une autre me sécha entièrement avants de retourné dans ma chambre pour choisir de nouveaux vêtements, oui ceux d'hier puaient et sont sale. Je pris un pantalon noir en jean et un tee shirt tout aussi noir, mes sous vêtements, ça je me le garde pour moi. Mais vue la fraîcheur de dehors je pris aussi un petit polo profitant ainsi de sa chaleur je m'habillas avant de descendre dans la cuisine pour me faire un bon café. Une fois ma tasse finit j'allumas la radio pour écouté un peu les infos puis me disais que je devrais sortir un peu car j'avais quelques trucs à acheter, donc le programme de la journée est en fait simple. J'allais passé une partie de ma journée dans les magasins, super j'en frémis d'avance moi qui aime pas trop les magasins, enfin bon je doit le faire.

Je coupa la radio puis alla vers l'entrée en laissant ma tasse sur la table, j'attrapa mon manteau et mes clés de voiture avant de passé la porte et de la fermée. La voiture m'attendais comme à son habitude sur le devant de la porte du garage, c'est une Mustang de 1969, un moteur V8 et 16 soupapes, j'adore ce modèle et j'avais mis du temps à me l'acheté. Ouais j'aime ma voiture, c'est mon petit bijou, je monta à l'intérieur et mis la capote en mode ouvert avant de démarré direction la ville. La route se passa tranquillement, rien de spécial à dire sur ça. Je continua en entrant dans la ville, déjà le monde qu'il y avais me fis grimacer mais bon il faut de tout pour faire un monde. Je continua vers le centre ville avant de tourné direction le parking souterrain, je trouva une place au premier niveau avant de coupé le contact et de descendre, je remis la capote en place puis ferma ma voiture en sifflotant. Je remontas vers la surface puis en regardant le ciel bleu j'eus un petit sourire avant d'allé acheter mes bricoles, ouais le plus dur arrivais mais bon si je me dépêche, je pourrais être chez moi avant dix huit heure, ce ne serais pas un mal.

Enfin mes courses finit je retournas à la voiture en mettant mes sacs dans le coffre, puis une drôle d'idée me traversa l'esprit, tant qu'à faire vue que je suis ici pourquoi ne pas faire un tour au magasin de poupées, ben ouais je doit avoué qu'être seul me pèse un peu maintenant. Ma décision prise je remontas donc direction le magasin sans vraiment une grande motivation mais bon ont ne sais jamais, je passa devant la devanture en grimaçant un peu. Ce magasin est pas super top mais bon ont trouve des fois de jolis spécimens, donc je posa la main sur la poignée et entra dans un tintement de clochette qui me vis rappliqué le vendeur tout sourire, allons bon je vais avoir le droit à une visite guidée du magasin. Je fis une moue un peu boudeuse mais ne dit rien en le suivant, il me demandas ce qui me plaisait et ce que je voulais, je rétorquas que je suis venus juste pour voir pour le moment, oui je n'allais pas me laissé faire et prendre un hybride pourris, j'ai beau les aimer ou vouloir les aider je suis pas stupide non plus. Le vendeur me laissa donc seule au milieux des cages sans rien dire de plus retournant vers d'autres clients. Je marcha doucement en regardant les cages les yeux mis clos me demandant si j'allais ou non ressortir seul, je passa devant une cage qui m'étonna. Sur la plaque je pouvais lire deux noms alors que je ne voyais qu'une petite doll, mignonne soit en passant, je m'accroupis devant la cage en la regardant droit dans les yeux, j'attendais qu'elle me parle pour ensuite voir si oui ou non j'allais engager la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre d'honneur
Messages : 51
Date d'inscription : 31/12/2012
avatar
Je suis Orphéliane Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 10:51

La vieille femme avait dégager, un bon nombre d'homme et de femme de sa cage. A cette allure elle ne serai jamais vendu à quelqu'un, en même temps vue les prétendants rien de bien convenable. Les heures avancées et personne ne vient près d'elle. Elle commençait à mourir s’ennuie, seule dans cette cage pas près spacieuse mais bon on fait avec. La vieille femme vient près d'elle et lui sourit.

Comment vous vous appeler ? Et puis comment cela se fait il que vous aider les vendeurs ?

C'est le prix de ma semi-liberté, personne n'a voulu de moi autre fois et maintenant je suis trop vielle pour être vendu à qui que ce soit. Je m'appelle Anastasie et toi petit créature.

Je me prénomme Orphéliane et pourquoi vous ne laissez aucun maître disons potentiel m'approcher ?

Car ce sont des maître qui ne prenne pas soins de leur dolls

C'est quoi une dolls ?

Et bien mon enfant une dolls est une esclave au service de quelqu'un.

Comment savez-vous qu'il les traitent mal ?

Ils reviennent à chaque fois en chercher de nouveau, car les autres se sont enfuit ou alors ils sont morts.

C'est affreux de faire cela, on ne fait rien pour les arrêtés ?

Malheureusement non, on n'y peut rien, mon petit bout je te laisse, je vais accueillir les nouveaux clients.

La vieille femme s'en alla, Orphéliane eu quelque réponse à ses questions mais pas rassurent. En effet tout ses acheteurs avait une sale tête à faire peur. Même les femmes n'aspiraient pas la confiance, soit trop maquiller ou trop hautain , préférant choisir un mâle de belle carrure pour servir leur ville besoin primaire. De temps en temps une femme s'arrêtait devant sa cage, elle la regardait sans aucune nonce de malice et pourtant la jeune femme s'en alla en fessant la tête. Orphéliane se demandait pourquoi, elle n'avait rien fait de particulier pour attiré sa méchanceté, il y avait d'autre hybrides et humains qui chuchotaient. Ils parlent d'Orphéliane, en effet elle était vraiment belle, mais il y avait plus belle qu'elle au monde quand même. La porte s'ouvrit, pouvait entendre la clochette, un homme entra. Le vendeur alla tout de suite à sa rencontre, sûrement pour lui proposes des hybrides ou humaines. Il refusa de faire le tour avec lui préférant sûrement le faire seul. Il finit pas arriver devant sa cage, accroupit devant elle. Orphéliane ne savait pas trop comment réagir car son ange gardien n'était pas la pour la protéger. Seule face à un inconnue était totalement nouveau pour elle. Elle était un peu nerveuse à l'idée de lui parler, elle cherchat des yeux Anastasie afin quelle vienne l'aider. Certes elle n'avait pas envie de rester ici, mais elle voulait un petit coup de pouce du destin. Au bout d'un moment il faudra bien se lançait, engager une discutions.

Bonjour monsieur

Miracle elle prononça quelque mots certes pas beaucoup, mais ce fut un début. Elle lui fit un sourit genêt. Ne sachant pas trop comment l’aborder, est-ce qu'elle devait se présenté ou pas ? Est-ce qu'elle devait attendre qu'il lui pose des question ? Plein de question sans réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 30/12/2012
avatar
Je suis Ania Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 15:47




Trois semaines…. Ca fessait trois semaine qu’elle était enfermer dans la même cage. Les clients passés rarement par ici. Et depuis ce matin c’était la folie. Il y avait des clients en nombres. Voir même en surnombre. Et la veille, une petite nouvelle était arrivée. Elle avait été placée dans la cage a cote de la sienne. Ania, assez timide n’avait pas osez poser de question et était, comme à son habitude depuis qu’elle était là, resté silencieuse ; La veille femme au matin avait pris soin d’éloigné les clients odieux du coin ou elles étaient toute les deux. Visiblement elle ne voulait pas que le jeune hybride tombe entre de mauvaise main. Personnellement ca l’arranger. Elle ne voulait revire ce qu’elle avait vécu ces dernière année. Elle en avait encore des plaies plus ou moins à vif. Elle passa la matinée à regarder les clients et les clientes, certaine ayant tendance à oublier qu’elles étaient elles aussi des dolls. Elle passa le reste de la matinée a tenté de démêler ses cheveux. Un vrai casse-tête car ils étaient fort long et elle n’avait pas de brosse, juste ses doigt. Un mouvement près des barreaux lui fit relever la tête. Un homme était là, devant la cage de la petite hybride. Un léger soupire lui échappa. La vie pouvait être vraiment injuste. Elle était là depuis à peine 24h et un client s’intéresser déjà à elle. Alors que d’autre passer du temps sans jamais voir personne. Enfin… elle n’y pouvait rien… A part ses cheveux, elle n’avait pas grand-chose d’exceptionnel… Ca expliquer peut être le fait que personne ne voulait d’elle qui sait… Elle s’adossa au barreau, tournant le dos à l’homme. La porte s’ouvrir une énième fois et un courant d’aire souleva ses cheveux, qui reposèrent ensuite dans la cage de l’hybride à cote sans qu’Ania ne s’en rende compte.


Ce code est la propriété de Ania


Dernière édition par Ania le Mar 1 Jan - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2012
avatar
Je suis Samaël Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 16:16

La petite doll semble perdu dans cette cage, il faut dire que le monde qu'il y à fait peur, mais bon je m'en tape complètement. Je regardais toujours la petite quand enfin elle pris la parole pour me dire un bonjour timide, je lui fis un simple sourire, je ne savais pas trop quoi lui dire vue que tout ce que je voulais savoir est inscrit sur la plaque de sa cage. Je la li tranquillement puis replongeas mon regard sur elle quand une vieille doll s'approcha de moi me disant qu'elle devais nettoyer. Je la regardas puis souriant doucement.

Si vous voulez protégé une doll trouvez une autre excuse maintenant allé ailleurs merci.


La vieille doll compris que je savais parfaitement ce qu'elle faisait, jalouse de sa beauté elle voulais par dessus tout la rendre malheureuse en la laissant le plus possible dans la cage mais j'avis percer son petit jeu à jour. Je repris mon attention sur elle puis passant la main à travers le barreau de la cage je lui adressa la parole avec une grande douceur.

Bonjour Orphéliane, je m'appel Samaël, tu voudrais venir vivre avec moi?


Je posais certes une question assez stupide car en fait qui voudrais vivre dans une cage, surtout pas moi qui par habitude aimais ma liberté, je comprenais bien leurs situation. Je soupiras en lui caressant doucement le visage, je ne voulais pas la laissé ici en fermant les yeux je pris un petit temps de réflexion car je me demandais si j'avais vraiment besoin d'une doll, mais un homme ne peux pas vivre seul et solitaire, la compagnie d'une autre personne est vitale dans ce monde ou la gente féminine n'est qu'une création de laboratoire. Ouvrant les yeux je vis une cascade rose venir en flottant doucement se posé dans la cage d'Orphéliane, je resta un instant alerte puis tout en ne quittant pas la petite doll je pris la parole.

Excuse moi mais je pourrais savoir qui tu est, oui toi à coté de la petite bélier je te parle. Dit moi qui tu est ?

Du coup me voilà intéressé non pas par une doll mais deux, c'est amusant la vie des fois non. je fis signe au vendeur d'approché, je venais de faire mon choix, oui j'en suis sur je veux les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre d'honneur
Messages : 51
Date d'inscription : 31/12/2012
avatar
Je suis Orphéliane Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 16:55

Orphéliane n'a pas du attendre longtemps avant d'avoir une réponse de la part du jeune homme devant lui. Elle fut légèrement troublé car il connaissait son prénom, elle n'avait pas pensée qu'il serai écrit sur une affiche. Elle ne connaissait vraiment rien à cette vie, de plus la vieille femme n'était pas la pour l'aider à répondre. Surtout quand il lui posa une bête question, que devait-elle répondre à cela oui ou non ? En même temps c'était le seul homme à lui demander directement, au même moment la vieille femme arriva et il la renvoya vers d'autre clients. Elle lui fit un sourit pour dire désoler, ne sachant que faire, elle devait vite faire un choix, ne pas le laisser patienté dans le doute.

Je veux bien venir avec vous monsieur.

Elle avait dit oui, un oui qui aller changer tout sa vie. Qu'est qui l'attend maintenant est-ce qu'elle va sortir et revenir comme tout les autres créature ici présente. Plein de doute pouvait se lire dans ses yeux, de la crainte aussi car elle avait connu la liberté. Mais comment elle devait l’appeler maintenant, ne sachant que faire. Écoutant son instinct elle décida de lui poser la question, quand soudain une longue chevelure tomba dans sa cage. Elle la prit entre ses mains et se mit à la caresser pour bonne question. Sûrement parce qu'il était doux au touché. Elle se tourna vers la jeune fille de l'autre.

Bonjours, jeune demoiselle

Elle lui fit un sourit, s’en voulu de ne pas l'avoir vue plus tôt. De plus qu'elle a une belle chevelure de la même couleur que la sienne. Elle aurai pus entamé une conversation avec elle. Elle n'aimait pas voir les gens tristent, de plus il se peut qu'elle était la depuis bien plus longtemps qu'elle. Elle n'avait pas oublier sa question concernant le monsieur.

Comment doit-je vous appeler ?

Orphéliane ne savait pas comment aborder la jeune demoiselle, pour s’excuser au près d'elle de ne pas l'avoir remarqué aussi vite. Elle essaya d'entamé une conversation.

Vos cheveux son doux

On pouvait sûrement faire mieux pour lancé une discussion. Elle regarda le jeune homme, est-ce qu'il aller la prendre aussi ? Est-ce qu'on pouvait acheté plusieurs dols en une fois. Comment était le monde dehors, comment son les habitants de cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 30/12/2012
avatar
Je suis Ania Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 20:09




Ainsi donc il s’appelait Samaël. Elle aimait bien. Elle l’avait entendu parler et se présenter. L’hybride accepta de partir avec lui. Un courant d’air et ses cheveux se posèrent dans la cage d’à cote sans qu’elle s’en rende compte, car il était dans son dos, chose logique. Elle se prit a rêver d’une douche. Ses cheveux longs trainés par terre dans la poussière sans arrêt depuis trois semaines. Elle les avait bien lavé. Mais pour les dolls sa se fessait a l’eau froide. Du moins pour elle. Elle n’avait jamais poser la question aux autres dolls. Un autre soupire lui échappa, au moment même où on s’adressa à elle.

Excuse moi mais je pourrais savoir qui tu est, oui toi à coté de la petite bélier je te parle. Dit moi qui tu est ?

Elle se retourna, surprise et le regarda. Oui c’était bien à elle qu’il s’adressait et pas a une autre. Avant qu’elle eut le temps de lui répondre, elle constat que l’hybride, Orphéliane, elle avait entendu, caresser doucement la mèche de cheveux qui était arrivé dans sa cage. Elle lui rendit son sourire et son salut avant de revenir à l’homme. Elle inclinât la tête pour le saluer, puis se présenta
: « Je me nome Ania, je suis une Dolls humaine et j’ai été créé il y a 18 ans je crois… Je suis ici depuis 3 semaines, mon ancien maitre étant en prison… Je suis habitué à travailler… » Elle s’arrêta la ne sachant pas trop quoi dire d’autre. De toute façon il avait déjà choisi sa Dolls alors il ne la prendrait surement pas. Orphéliane la complimenta alors sur ses cheveux. Elle inclina la tête, une mèche lui retombant devant le visage. « Merci… Je prends ça comme un compliment … Mais j’avoue que dans les conditions actuelles… Il est plutôt difficile pour moi de les entre tenir correctement… » Elle leva le bras droit, remettant une mèche de cheveux derrière son oreille et dévoilant les marques présentent dessus. Des marques de coup, parfois de brulure, mais surtout de fouet. Elle les regarda à tour de rôle, ne sachant pas quoi faire. A aucun moment elle n’avait cherché à enlever des mains d’Orphéliane la mèche de cheveux qu’elle tenait. Ça ne la déranger absolument pas. Elle regarda la petite hybride et lui sourit, ne pouvant s’empêcher de lui murmurer : « tu as de la chance… d’avoir trouvé un maitre aussi vite… je t’envie tu sais… » Elle secoua doucement la tête, puis se rassit au fond de la cage, mais face a eu, de façon à les voir. Et à pouvoir leur parler si besoin était.


Ce code est la propriété de Ania



Dernière édition par Ania le Mer 2 Jan - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2012
avatar
Je suis Samaël Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mar 1 Jan - 21:00

Souriants je regardais la Doll aux cheveux rose tout en attendant que le vendeur arrive, je me releva en passant la main dans mes cheveux les laissant un peu discuté puis me gratta le nez. J'attendis environ une bonne dizaines de minutes avant que le vendeur ne daigne enfin se radiné, j'en pouvais plus de l'attente. Il me demanda qu'elle doll je prenais, je lui posa la main sur l'épaule et souriant je pris la parole.

Mon bon ami je vous demande d'ouvrir à Orphéliane, mais ne perdé donc pas la main car c'est votre jour de chance. Je vous prend aussi la jeune doll dans la cage à coté celle là.
Je lui montra Ania du doigt.
Oui je l'aime bien et elle semble bien s'entendre avec Orphé.

Voilà que sans lui demander son avis, je prenais aussi cette jeune doll qui d'après ce que j'avais pue voir avais déjà du pas mal souffri. Je ne suis pas hyper gentil comme certain mais je ne frappe pas mes dolls, enfin je ne l'est jamais fait vue que c'est la première fois que je me décide à en acheter. Enfin bon je regarda donc le vendeur ouvrir la porte à la petite hybride en premier il me laissa le loisir de lui tendre le main pour la faire sortir. Je lui pris sa petite main et ne la lâcha pas pour l'aider à se mettre debout, je la gardais dans la mienne en le regardant aussi ouvrir à l'autre. Je pue enfin lire son nom sur la plaque, Ania, oui joli prénom. Mais les marques que j'avais repéré sur son corps ne m'avais pas trop plus je doit l'avoué. Le vendeur se poussa et avec douceur j'entraina Orphé à me suivre pour venir chercher Ania, même scénario, je lui pris la main pour la faire sortir. Je me retrouve maintenant au milieux de deux dolls qui mains dans la mains vont me suivre jusqu'à ma mort, enfin c'est mon souhait, je ne connais pas l'avenir. Avec douceur et sans lâcher leurs mains je m'avanças vers le comptoir pour payer la sommes des deux. La vieille doll regardais la petite hybride lui faisant un dernier au revoir, je ne remarqua pas ça mais bon ça n'as aucune importance pour moi. Arrivé devant la caisse je les obligeas à me collé et même à me tenir la veste, je ne voulais pas les perdres vue le monde qu'il y à ici. Ja paya comptant les dolls puis le vendeur me tendis deux collier en me disant de leurs mettre pour au cas ou elles seraient seules, j'avais oublier ce détail qui voulais qu'elles soit considéré comme de la marchandise et non des humaines. Je me tournas donc d'abord vers Ania et lui passa doucement le collier autour du coup, puis vins le tour d'Orphé, toujours avec douceur, je ne voulais pas qu'elles croient que je suis un sauvage. Pour finir je leurs repris leurs mains et doucement je me baissa à leurs oreilles.

Désormais vous devrez m'appeler master mes petites, je vais tous faire pour vous rendre heureuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre d'honneur
Messages : 51
Date d'inscription : 31/12/2012
avatar
Je suis Orphéliane Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mer 2 Jan - 11:05

Orphéliane continuer à touché les cheveux de la jeune fille. Elle savait présenté à son nouveau maître, du moins si c'était bien comme cela quelle devait l'appeler. Il parlait au vendeur pour ouvrit la cage, elle allait pouvoir sortir d'ici. Elle se demandait si elle serait seule ? Elle regarde la cage qui était à coté d'elle. La jeune femme lui avait rendu son sourit et avait apprécier son compliment. En effet elle aimé vraiment c'est long cheveux, elle rêver d'une chose pouvoir les brosser. Mais pour cela fallait savoir si elle venait avec la jeune demoiselle, Orphéliane n’eut pas a attendre longtemps pour avoir la réponse à sa question. Le vendeur ouvrit la cage, elle pu sorti, cela fessait du bien de pouvoir s'étirait, car la hauteur de la cage n'était pas bien grande et rester à genoux n'était pas l'idéale non plus. Elle attendit que le vendeur ouvre la porte de la jeune demoiselle. Elle se plaça près de Samaël afin de mieux voir sa cage, son ancienne cage. La vieille femme lui sourit, on dirait quelle était contente quelle trouve un maître. Celui-ci répondit à sa question, elle s'est comment l'appeler maintenant. Master voulait sûrement dire maître du moins un truc du genre. Tout sembler parfait, elle avait un maître et une amies potentiellement. Bon Orphéliane ne serai pas forcement jalouse sur elle, puisqu'elles sont été acheté ensemble et vont vivre sur le même toit désormais. Après être acheté ils feront quoi exactement, une visite de la ville ou il découvriront leur nouvelle maison. Son rôle était toujours un peut perplexe, mais au fur et à mesure que les jours, les mois et les années vont s'éclaircir sur ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 30/12/2012
avatar
Je suis Ania Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mer 2 Jan - 17:20




Elle les regarde à tour de rôle. Le vendeur arrive et comme elle l’avait prévu il prend l’hybride. Ce qu’elle n’avait pas prévu en revanche, c’était qu’il la prenne elle aussi. Elle le regarda et se redresse sans savoir quoi dire ou quoi faire. Orphéliane sort de sa cage, puis il s’approche et l’aide à sortir à son tour. Elle se laisse faire, ayant encore du mal à y croire… Elle se laisse guider, silencieuse, serrant sa main dans la sienne. Elle en était vraiment la ? Au comptoir, avec un maitre ? Depuis le temps… Elle avait l’impression de rêver…. Elle le regarda, se laissant passer le collier autour du cou. Même si elle n’aimait pas ça, c’était indispensable si elle voulait pouvoir rester avec lui, elle le savait parfaitement. Il se pencha ensuite et viens leur parler à l’oreille, ordonnant qu’elles l’appellent master désormais. Elle acquiesça sans un mot, restant accroché à sa veste tout le temps qu’il était dans la boutique. Elle ne voulait pas le perdre. Elle lui appartenait, et elle se promit de ne jamais le quitter. Sauf si il la battait. Elle ne voulait pas revivre ça. En y repensant, elle se frotta le bras, frottant une cicatrice assez ancienne mais visible. De toute façon, toute étaient visible. Elle se mordit la lèvre puis retient un soupire. Oui. Elle était décidée. Elle ferait tout pour rester avec ce maitre-là. Il ne semblait pas bien méchant. Si elle obéissait, elle ne devra pas avoir de problème. C’est sur ses réflexion qu’elle le suivi lorsqu’il se mit en route.


Ce code est la propriété de Ania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2012
avatar
Je suis Samaël Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Mer 2 Jan - 18:17

Je me redressa puis leurs serrant doucement la main à chacune je les entraînas avec moi vers la porte, la première étape serais de les faire prendre une douche je pense que ça leurs feras du bien. En voulant poussé la porte, un autre client arriva trop vite et du coup je me pris la porte en pleine tronche, voilà qui commençait bien. Je tomba à la renverse en lâchant mes dolls pour ne pas les entraîné et finit par tombé sur les fesses me tenant le nez. Je voyais des étoiles et ne savais plus trop ce qui se passait mais bon mon premier réflexe fut de chercher mes nouvelles amies en premier lieu je ne voulais pas les perdre. Posant une main par terre et ramenant un genou je me relève pour voir une scène qui me fis bouillir le sang. Le mec qui m'avais bousculer enguirlandais Ania tout en levant la main pour la frappé, Je me précipita puis lui attrapant le poignet d'un coup je serra ma prise lui coupant l'arrivé du sang.

Pose ne serais-ce qu'un ongle sur elle et je te coupe les couilles.

Je le regardais froidement, je défendais certes ma doll mais je n'avais pas à me montré si sauvage, mais ça je m'en tape. Le mec me regarda aussi froidement me disant que je ferais mieux de la dressé, grosse erreur je trouve. Je lui tordis le poignet pour le mettre à genou puis lui susurra doucement à l'oreille.

Excuse toi maintenant ou je te brise le poignet.

L'autre personne crissa des dents puis regardant Ania il demandas pardon, ça à beau être des dolls, elle sont des clones humains et de part ce fait ont leurs doit aussi du respect. Je le lâcha enfin tout en me retournant vers mes petites protégé, souriant je leurs pris la main puis enfin je sortis du magasin sous l'oeil plus qu'étonné des bedeaux autours de nous. Je pris la direction du parking d'un pas léger et les guidant vers leurs nouvelles demeure qui j'espère leurs plaira.
Je marchais fier comme un paon dans la rue tout en regardant le ciel content de moi, c'est pas tous les jours que l'ont trouve deux dolls si charmantes, j'arrive devant le parking ou je me suis garé puis tout en lâchant la main d'Orphéliane je sort mes clés de voiture. Je m'approche de mon petit bijou et ouvrant une porte.

Bon Orphéliane tu monte derrière et Ania devant ont vas passé chez moi pour que vous vous laviez et ensuite ont iras faire des petites courses. Des fringues neuf c'est utile.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre d'honneur
Messages : 51
Date d'inscription : 31/12/2012
avatar
Je suis Orphéliane Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Jeu 3 Jan - 14:46

Après quelques minutes, Elles étaient toute deux hors de leur cage, Orphéliane fut troublé lorsqu'on lui passa un collier autour du cou. Se demandant à quoi cela peut-il servir, car depuis tout à l'heure toute les jeunes filles ou hommes qui son vendu, avait le droit au même. A quoi pouvait-il servir, est-ce un effet de mode, ou un objet de dressage. Elle n'osait pas posée la question, elle regardait Ania qui avait l'aire d'être contente de le porté, peut être quelle pourrait lui demander, est-ce qu'elle se moquerai d'elle si elle lui posait la question. Noçant pas trop s'avancer sur ce terrain inconnu tout seule, mais au final elle n'était pas seule il y avait Ania et Samaël le sauveur. Elle s'approcha d'Ania et lui chuchota sa question.

Euh excuse moi, mais cela sert à quoi ces collier ? Pourquoi ils nous mont cela ?

Elle lui fit de grand yeux d' incompréhension, face à cette situation, mais l'heure n'était pas forcément à la discutions entre filles. Elles suivirent leur master qui avait l'aire de vouloir sortir d'ici absolument. Elle marchait à coté de lui main dans la mains avec Ania de l'autre coté. Tout semblait féerique, jusqu'à qu'un homme entra brusquement ne fessant pas attention si il y avait quelqu'un derrière cette fameuse « porte du destin » . Ben oui Orphéliane l'avait baptiser comme cela, car tout dépendait de la personne qui la franchisait. Son master s’emporta devant l'inconnue, montra une violence dans son acte envers l’individu qui certes l'avait sûrement mérité. Ne comprenant pas trop la situation, vue que le méchant monsieur s’attaquait à Ania chose quelle n'aime pas du tout. L'agrippant vers elle pour que le vilain bonhomme ne l'attrape pas. Elle avait l’instinct d'une mère, d'une grand sœur, il ne fallait pas faire de mal à sa nouvelle amie. Une fois cet accident fâcheux dissiper, ils reprirent la route en direction d'un parking. Orphéliane regardait partout, n'avait encore jamais eu l'occasion de voir une chose pareille. Elle avait grandi en plaine nature, chose pas courante puisqu'il naisse en laboratoire, mais cela est une autre histoire. Elle était fasciner pas toutes ses choses roulante. Elle a eu l'ordre de monté à l'arrière, fasciner pas la chose de son master,
elle l'observa. Elle fit le tour, la sentit , frappa doucement dessus pour ne pas l’abîmer.


Qu'est-ce que s'est master ?

Ben oui , il fallait lui apprendre des chose, bon elle c'est se servir d'une cuisine et d'une douche ou un bain. Mais la voiture elle ne connaît pas et n'en a jamais vu aussi. Chose tout à fait nouveau pour elle, elle n'osait pas monté dedans se demandait si cette chose n'allait pas la manger toute cru. Mais elle aimerait apprendre à l'utiliser cela pouvait être amusant. Elle monta à l’arrière, elle senti l'intérieur qui avait une drôle d'odeur, mais ne dit rien. Elle toucha ce qui serve de siège au véhicule, dans son élans de curiosité elle mort le siège devant elle sans touché Ania bien sur.

ce n'est pas bon ce truc.

Ben oui, elle devait s'attendre à quoi, cela ne se mange pas. Elle l'avait apprit à ses dépend, trouva se siège confortable. Elle ressemblait à une vrai enfant dans cette voiture et pourtant c'était une femme qui pouvait déjà être mère mais la ce fut le contraire. Elle n'était pas contre l'idée de son master de prendre un bain ou une douche, avec ses odeurs de la maison des poupées. Et puis il n'y avait pas vraiment de savon et se lavé à l'eau claire ce n'est pas efficace.

Ania tu aimerais que je te lave les cheveux ?

Elle lui avait proposer car sa chevelure ne devait pas être facile à laver. Orphéliane aimé ses cheveux , elle était tellement belle et puis cela lui rappellerai le temps ou elle s'occupait de ses frères et sœurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 30/12/2012
avatar
Je suis Ania Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Jeu 3 Jan - 15:53




Orphélian se pencha vers Ania et lui demanda l’utilité des colliers. Elle la regarda, comprenant que pour elle c’était sa première adoption. Elle lui sourit puis lui murmura en retour, dans une brève explication « ils nous les mettent au cas où… ainsi si nous nous perdons, les autorités sauvent ou nous ramener… ne le retire jamais ou tu te retrouveras ici à nouveau si on te prenait sans… sauf si notre master décide de nous l’enlever… Dans ce cas, si tu sors sans lui remet le… Si tu es avec lui prend soin de ne pas te perdre…»Elle se retrouva alors à suivre son nouveau maitre. En s’approchant de la porte un homme entra au moment où ils s’apprêter à sortir, fessant tomber leur maitre. Ania aurait voulu se porter à sa hauteur, mais l’homme l’en empêcha, la prenant a parti. Visiblement il avait eu le droit au retour de la porte à un coup lui aussi, et il en tenait Ania pour responsable. Il s’apprêtait a la frappé lorsqu’Orphé la tira un peu plus loin et que, au même moment, la course de son poing fut interrompu par la main de son maitre.
Elle le laissa gérer la situation, se contentant d’hocher la tête sous les excuse de l’homme, qui, elle le savait, n’était pas s’insèrent de toute façon. Ils reprirent alors leur route et elle garda sa main dans la sienne, la serrant assez fortement. Arriver à la voiture, elle le laissa ouvrir, regardant Orphé qui en fessait le tour.

Depuis qu’ils étaient sortis, elle regardait la rue comme si elle la découvrait pour la première fois. Ania se promis de lui apprendre le plus vite possible ce qu’elle pourrait avoir besoin de savoir. Orphé monta derrière le siège passager avant, touchant et reniflant. Un sursaut lui échappa lorsqu’elle fonça tête la première dans le siège et elle se retourna, inquiète
« Ça va ? Tu ne t’es pas fait mal ? » Son inquiétude se transforma en un petit rire lorsqu’elle déclara que ce n’était « pas bon ce truc » Elle se retourna vers l’avant, riant toujours un peu et s’excusant « excuse-moi Orphé mais… tu es tellement… Je sais pas… j’ai pas les mots… » Elle se calma assez vite, laissant le bruit du moteur la bercer. Elle écouter. Elle regardait aussi. Partout. Elle sortait pour la première fois dehors depuis trois semaine ; Ca fessait du bien de revoir le soleil. Elle ferma les yeux, s’adossant au siège. Pour un peu elle se serait presque endormie.

Dans la lumière du soleil, on pouvait voir toute les marques sur ses bras. Le reflet des cicatrices, certaine presque invisible et d’autre qui ne l’était pas. On pouvait aussi voir des cicatrices de brulure, en forme de rond. Plus souvent qu’on ne pourrait le dire, elle avait servi à éteindre cigarette et cigare. Elle en avait d’autre aussi, mais cacher par sa robe, dans le dos, des coups de fouet multiples. Et sur le ventre des bleu, des coups. Une cicatrice du a un coup de couteau au niveau du flanc gauche était visible à travers un accro dans sa robe. Et bien d’autre encore. Mais pour le moment elle ne s’en préoccuper pas. Elle était bien, bercé par le moteur, et se sentant en sécurité maintenant qu’elle n’était plus dans cette boutique… Sans qu’elle ne s’en rende compte, le manque de sommeil accumuler ses dernières semaines eux raison d’elle et elle s’endormit profondément, la tête contre la vitre et n’entendit pas la question Orphé.

Elle se mit à rêver. Elle revoyait son maitre, celui d’avant ; Il était sorti de prison et la poursuivait. Il la chercher, inlassablement. Elle était à lui disait-il, et il ne la laisserait a personne d’autre. Son sommeil calme et paisible devient agiter. Dans son sommeil de petit gémissement lui échapper ainsi que des bout de phrase tel que
« non… pas… je ne veux pas… pas vous… laissez-moi… » Un violent hoquet lui échappa ainsi qu’un cri et elle se réveilla en sursaut. Perdu elle regarda autour d’elle, puis se frottant le visage. Elle se tourna vers son maitre qui la regarder. Honteuse elle baissa les yeux et murmura « pardon master…. Je n’aurai pas du… m’endormir ainsi… ni même vous déranger ensuite… » Un frison de peur lui échappa. Elle avait peur d’une quelconque punition, ce qui arriver avant quand elle déranger son ancien maitre ou qu’elle s’endormait a causse du manque de sommeil. Cela lui avait valu de nombreux coup de fouet.
Même si elle douter que son master présent ne soit pas aussi cruel, pour elle se genre de punition étaient encré en elle et il lui faudrait du temps pour s’en défaire. Elle était un peu perdue, il fallait bien l’avouer. Ne sachant absolument pas quoi faire, elle tourna le regard vers la fenêtre et regarda le paysage défiler en tordant ses mains sur ses genoux, laissant le reste du trajet se dérouler ainsi. Il ne leur fallut pas longtemps pour arriver et elle en déduit que, soit elle avait très peur dormis et il habiter non lui de la boutique, soit elle avait dormis plus que ce qu’elle pensait et il habitait assez loin.


Ce code est la propriété de Ania
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2012
avatar
Je suis Samaël Samarensis
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ] Ven 4 Jan - 18:24


De la liberté à L’enchaînement
Orphéliane & Ania


J'ouvris les portières puis en revenant au volant, Orphéliane me demanda ce que c'était, je faillis explosé de rire mais je me doutais pas trop qu'elle savait rien de notre culture. Je lui expliqua donc ce qu'est une voiture tout en me grattant la tête pour employer des mots simple, lui détaillant doucement les choses. Je passa environ une bonne vingtaines de minutes à parlé d'un voiture, mais bon je sais pas si elle comprenais vraiment de quoi je parle. Enfin elle monta dans la voiture en reniflant les sièges, le cuir sent si fort ? Je ne peux pas dire, je suis humain moi j'ai pas de gênes animal en moi. Je la regardais faire puis Ania monta à son tour dans la voiture tout en surveillant Orphéliane, je crois que j'adopté une écervelé, voilà ma première impression. Enfin je doit pas non plus toujours croire ce que je pense trop vite, quand enfin je m'assit dans la voiture c'est pour voir Orphéliane mordre le siège, je faillis rouspété mis Ania pris la parole lui expliquant un peu, enfin une qui comprend les choses, elle vas m'être utile dans l'éducation de ma petite hybride. Je démarra sous un doux rire, oui Ania riait de bon coeur j'aime bien, puis enfin sortant du parking je pris la direction de la sortie de la ville, j'habite pas non plus à coté. La route se poursuiva dans un petit silence car Ania dormais, je me doutais qu'elle devais en avoir plus que marre de vivre dans une cage et un peu de liberté ne fait pas de mal. Le hic est qu'au bout d'un moment ma doll se mis à parlé, rien de gênant en soit mais elle parlais surement de la personne qui l'avais martyrisé, je mis le clignotant et doucement me gara sur le bas coté en la regardant. Je posa une main sur son épaule puis quand enfin elle rouvris les yeux Je la vis se tordre les mains et je compris, je peux rien faire car c'est son esprit qui se souvient. Je repris donc la route pour enfin arrivé devant le portail de ma maison qui se trouve en pleine forêt.

Bienvenue à vous deux, ici seras votre maison et votre lieux de repos. Vous n'êtes pas obliger de porté le collier ici mais si vous sorté mettez le, c'est un conseil.
Après cette petite allocution, j'entra dans la propriété pour leurs faire découvrir une maison de type japonaise, avec une petite mare dans laquelle nageait des poissons de toutes les couleurs. Je me gara lentement devant la porte du garage en défaisant ma ceinture puis ouvris la portière pour sortir, je m'étira doucement tout en respirant l'air pur. Je les regarda sortir puis leurs fis signe de me suivre tout en leurs montrant un peu la maison.

Bon ont vas allé à la salle de bain et vous prendrez un bain, suivez moi.

[/color]Je les guidas vers la salle de bain puis leurs ouvrant la porte je souria gentiment en leurs disant de se mettre nue, biensur je ne les laissa pas seules, je voulais voir leurs corps. De plus je voulais voir une chose importante pour moi, oui je suis sympa certes mais j'ai aussi certains cotés qu'il vaudrais mieux qu'elles ne réveille pas.


Suite chez Moi ^^


Code by MNIT on Epicode.
Ne pas copier ni redistribuer

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ]

Revenir en haut Aller en bas

De la liberté à L’enchaînement [pvSamaël Samarensis ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dolls Master :: Hors R.P. :: Rps Finis-